" MARIE BATAILLE auteur littérature jeunesse, livres pour enfants, presse, roman feuilleton: E books

E books



Polar pour ados.
Solveig est une jeune lycéenne qui s'entend très bien avec son voisin, le commandant Martin Larsson, retraité de la marine suédoise.
Mais la vie tranquille de son voisin et ami Larsson va chavirer soudainement et entraîner Solveig dans une série d'enquêtes et de courses poursuites...  




Paroles de filles   

Illustration Clara Degoutte

Vous avez aimé "Aziz, escalier D, appartement 27" (Editions Milan)

Rejoignez vite Ninon, Natacha et Lila dans un roman ado inédit "Paroles de filles"...

Pour cela allez sur Amazon

et contre 0,99 euro vous pourrez télécharger l'ebook, que vous pourrez ensuite lire sur votre liseuse Kindle, sur votre PC ou Mac, sur Iphone, Android ou Ipad...



Paroles de filles
Chapitre 1
Les trois Grâces

Moi c’est Ninon. Miss Ni Oui – Ni Non comme dit quelquefois Natacha
que moi j’appelle Natache. C’est vrai que je suis la plus timide
du trio et que j’ai toujours un peu de mal à me décider. En fait
je sais très bien ce que je veux mais je n’aime pas fâcher les
gens autour de moi. Ma mère n’arrête pas de me dire :
- Je t’en supplie, Ninon, cesse de réfléchir à ce que pensent les
autres, c’est ce que toi tu penses qui compte. 
Facile à dire ! Ma mère me fait penser à un bulldozer qui fonce.
Pour elle c’est oui ou c’est non. Et si c’est non, vaut mieux
ne pas insister et essayer de la faire changer d’avis. Bref je ne
lui ressemble pas. Je suis plutôt côté Jean Lou, mon père. C’est
Natache qui ressemble beaucoup à ma mère. C’est une meneuse. Et
moi, les meneuses, ça me fascine parce que je sais que je ne serai
jamais comme elle. J’admire aussi Lila qui réussit à sa façon à
faire plier Natache. Parce que Lila, c’est le charme. Lila sait
très bien ce qu’elle veut et quand Natache n’est pas d’accord,
Lila bat des cils, minaude, a les larmes aux yeux et fait son cinéma
en murmurant : 
- Moi j’adorerais que tu sois d’accord avec moi , que tu fasses un
petit effort pour me comprendre, que tu sois moins blessante…
Et Natache finit par faire quelques concessions. Ca non plus je ne sais
pas faire. Natache et moi on discute des heures et elle ne craque
jamais. Alors je cède souvent, très souvent même, parce que ce qui
compte c’est que nous restions amies, les meilleures amies du
monde…
Moi c’est Natacha. Je suis en quatrième D. Je talonne Guillaume
Dujardin qui s’accroche à son 18,2 de moyenne générale comme un
singe à une branche. Je ne vais pas non plus en rêver la nuit parce
que j’ai plein d’autres choses importantes dans ma vie. D’abord
il y a Ninon et Lila. Ninon c’est un trésor d’amie. On est sur
la même longueur d’onde. Elle n’a pas l’air comme ça, toute
hésitante, toute tendre, le cœur sur la main, mais elle peut me
faire douter. Et pour que je doute, comme dit mon frère ainé
Gaspard, faut mettre le paquet ! En fait, Ninon, elle n’est
pas comme moi, elle ne cherche pas tout le temps à gagner. Moi c’est
vrai, j’ai vraiment la gagne.
- Une obsession !  dit Gaspar.
Ninon elle, sait écouter et moi pas souvent. C’est tout simplement mon
amie. La vraie, la top. Lila, je l’adore mais ce n’est pas tout à
fait pareil. C’est une comédienne pur jus. Si elle croit que je ne
la vois pas faire son numéro de séduction tout azimut, elle se
trompe. Lila, plus tard, elle sera star, c’est sûr. On ne lui
résiste pas. J’aime bien lui passer ses caprices et je crois que
Ninon est parfois un peu jalouse. Mais je ne m’attarde pas trop là
dessus parce que les histoires de jalousie je connais par cœur avec
Gaspar, Léo et Etienne mes frères. Eh oui, je suis la seule fille
de la tribu, avec ma mère évidemment ! Alors j’ai vite
compris qu’il fallait se faire de la place pour exister! Ninon ne
peut pas comprendre, elle est fille unique.
Moi c’est Lila. J’adore mon prénom. Ma mère m’a raconté que
lorsqu’elle était enceinte elle allait souvent chez son père,
Papy René, pour se reposer dans le jardin près des deux arbustes,
l’un mauve et l’autre blanc. Quand elle a su que j’étais une
fille, elle a eu tout de suite envie de m’appeler, Lila. Mon frère
s’appelle Boris, parce que maman qui est prof de piano, est une
fana de musique russe. Mon père est premier violon et maintenant il
vit à Londres. Mes parents ont divorcé il y a trois ans parce que
papa voyageait tout le temps. Et puis faut dire que deux artistes
ensemble, c’est l’enfer. Ils se critiquent tout le temps, se
jalousent, se détruisent comme dit Papy René. Maintenant c’est
beaucoup plus calme à la maison. Pour voir papa c’est un peu
galère, mais dès qu’il a un créneau, il s’installe trois ou
quatre jours avec nous, même si Pierre est là. Pierre c’est l’ami
de maman. Il est dentiste. Dans la maison, on a emménagé pour papa,
une petite chambre sous les toits. Mon père adore faire le zouave et
des jeux de mots pas terribles. Par exemple, les quelques matins où
il est là, en descendant, il répète à qui mieux mieux:
- Dormir sous les toits, si c’est pas un comble, ça, madame, je suis
traité comme un pauvre saltimbanque !
Maman lève les yeux au ciel en disant qu’il ne changera jamais et Pierre
rigole. Avec Pierre pas de souci, c’est pas du tout un artiste.
L’autre jour, il ne savait même pas qui était Drimsi Korsakkoff.
Moi, mon truc, rien à voir avec la musique. C’est la danse. La
danse classique. Mme Robinson, la prof du conservatoire dit que je
suis douée. Maman dit de ne pas s’emballer et papa, lui, me voit
déjà à l’Opéra de Paris. Moi, s’il n’y avait pas le bahut,
je passerais ma vie dans mes chaussons de danse. Heureusement, au
Collège St Ex, il y a Natacha et Ninon. Natacha qui fait la chef, du
matin au soir et Ninon qui se laisse mener par le bout du nez. Sans
elles, les études seraient une torture mais il faut reconnaître que
parfois, elles aussi, m’énervent. Surtout Natacha qui est délicate
comme un trente cinq tonnes. Ninon, elle, c’est une artiste comme
moi mais une artiste cachée. Elle n’ose pas. Elle nous écrirait
des poèmes ou des contes fantastiques en douce que ça ne
m’étonnerait pas. En tous cas, toutes les trois, on forme un trio
indestructible et Mr Vianet, le directeur, quand il veut nous faire
enrager, nous appelle devant les autres « Les trois Grâces ».
Ce qui a fait dire à Valentin Fouchet : « Pourquoi y dit
ça le direlo, elles sont pas du tout grosses ?!... » Ca
vous situe le niveau des gars de notre classe. Lui c’est même pas
la peine de lui demander qui est Mozart !




Poèmes sur Saigon et le Vietnam, 
ebook en vente sur Amazon
Contre 0,99 euro vous pourrez télécharger l'ebook,  
 sur votre liseuse Kindle, sur votre PC ou Mac, 
sur Iphone, Android ou Ipad...



LE GARDE ROUGE

Dans la nuit le taxi cahote
sur le chemin bordé de lampions
d’enseignes et de néons.
Au dessus le ciel est noir d’encre,
la chaleur est enfin tombée.
Des enfants sont agglutinés
devant la télé couleur
qui diffuse des opéras célestes.
Au bout du chemin,
sur le passage à niveau,
le garde barrière droit comme un i
brandit sa lampe rouge
comme le livre de Mao
devant le flot des vélos intrépides.
Un reptile aux wagons verts
sort devant nous de la nuit.
On piétine et on se serre,
les attelages sont malmenés,
des cargaisons roulent par terre
et avec hâte on reficelle
par terre le long des rails.
Le dragon de fer disparait,
et les barrières se lèvent.
Les vélos et l’encre des silhouettes
se déversent à flot.
Le garde barrière souffle sur la mèche
de sa lanterne qui s’éteint.




Lire la suite »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous aimerez peut être

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Messages les plus consultés

Une erreur est survenue dans ce gadget