" MARIE BATAILLE auteur littérature jeunesse, livres pour enfants, presse, roman feuilleton: Lundi Chou Farci

Lundi Chou Farci

Lundi Chou Farci du 10 septembre : Rentrez donc !
Photo Claude Degoutte

Rentrez donc!

Finis les lundis clafoutis, on passe à du sérieux, un truc qui tient au corps, le chou. Donc désormais ça sera Lundi Chou Farci. Un peu lourd?... Pour s'alléger, regardons les gazelles des jeux paralympiques sur leurs spatules! Des Ibis mutants. On oublie en les regardant que ces filles et ces types du 3ème type portent des prothèses. Moi je vois des nouveaux humains, souvent beaux, qui défient les lois de la gravité, de l'adresse et de la souplesse, de l'humilité, de l'intelligence et de l'amour de soi... Je me doute qu'ils aimeraient beaucoup faire encore partie du club des deux bras deux jambes qui parfois se la pètent ou chipotent un arbitrage. Mais tous ces sportifs à qui il manque quelque chose, finalement sont comme mon chou farci, bien entier et bien plein à l'intérieur.
            Sportif, aussi, de retrouver Paris quand on a passé quelques semaines, perdue dans la campagne profonde. Mieux vaut également muter assez vite si on veut réussir à monter dans le bus aux heures de pointe. Sur mes routes secondaires qui attendent l'automne, quand on croise quelqu'un, connu ou inconnu, on dit toujours bonjour. Pas seulement par politesse, mais par curiosité, pour envoyer un son de voix humaine à l'autre de la même espèce. Un peu comme les chiens qui se reniflent le cul.
                   Enfin sportif avec l'esprit d'équipe, il faut l'être, quand on retrouve ses voisins, son chef de service, l'emploi du temps de son fils lycéen, la chambre de sa fille qui a invité Tout Paris, la gueule du chat Loulou qui vous en veut d'être parti sans lui, le Président de la République, ses ministres, les journalistes et la télé, le stationnement, les prunes et la pollution, les jours qui passent égoïstement à farcir du chou, quoi!
                        Faudrait atterrir là!... Les jeux, le sport, Londres, Les Seychelles, la bronzette, le Bob sur le chou, le vélo sans Vélib, le maillot deux pièces, les bonnes glaces le soir sur la promenade, c'est fini! Allez on rentre... et plus vite que ça! 

Marie Bataille

Photo Claude Degoutte


20 bonheurs de vacances

Recevoir et envoyer une carte postale avec un joli timbre.
Ecrire sur des galets les événements heureux de l'année : 

rencontre Georges
Clooney Mars 2012, ou Bac d'Antoinette Juin 2012 ou aussi Popol a arrêté de fumer (5ème édition) Mai 2012....
Mettre dès qu'on se lève son chapeau de paille .
Porter une robe de lin transparent comme Néfertiti.
Ne plus écouter la radio.
Ne plus regarder la télé.
Apprendre les nouvelles du monde avec trois jours de retard.
Parler anglais.
Faire du scooter sans casque.
Partir se baigner à 8h du soir ou à 9h du matin.
Boire plus que de raison un soir de retrouvaille.
Lire un roman qu'on n' oubliera jamais.
Voir la vie en lunettes de soleil.
Avoir la peau qui sent bon l'ambre solaire.
Boire dans des grands verres pleins de glaçons.
La nuit, aller loin des lumières pour voir des étoiles filantes et faire des voeux.
Avoir autant de paires de sandales que de jours dans la semaine.
S'endormir sur la poitrine de son chéri et renifler son tee-shirt plein de sel.
Cueillir un fruit à l'arbre et le manger.
Voir au moins un feu d'artifice.


Marie Bataille


Photo Claude Degoutte

Règles de vie

Le syndic a rappelé à l'ordre les habitants de l'immeuble... Trop de laisser-aller! Pour commencer, il est vivement recommandé de parler avec modération, en évitant de hausser la voix, chez soi et dans les parties communes. Au chapitre ménage, on nous dit qu'on ne doit rien étendre aux fenêtres, rien secouer, à l'exception des chiffons pour dépoussiérer, mais seulement  entre 8 et 9h, pas de balais, pas de torchons, pas de tapis... En résumé, plus de ménage... Les féministes applaudiront! Les animaux doivent restés barricadés. Et les chiens seront  bien entendu tenus en laisse. Loulou le chat qui zone tous les jours dans les escaliers va donc devenir un hors la loi!  Pour finir, on comprendra que dans le vide-ordure, moins on y jette de trucs sales plus il est propre. Donc on n'y jettera presque rien et seulement dans des sacs plastique super blindés qui n'exploseront pas en tombant pour ne pas mettre du caca partout.
            Ah!.. Bonne mère! Où est-il le temps béni de mon enfance chez Mamy Dubois, dans le vieil immeuble de la Rue St Rome ou les sept étages surplombaient une cour cimentée qui résonnait comme un théâtre. Le décor : des paires de chaussettes et des slips XXL qui séchaient aux balcons. Les bruits: des scènes de ménage shakespeariennes qui nous confirmaient que le Père Combert était toujours, malgré son âge, le Don Juan du quartier, les aboiements de Youki oublié tous les week-end et qui se défoulait en allant d'une fenêtre à l'autre, les confidences de deux insomniaques, Madame Henri veuve de son état et Madame Lecoq mariée et mère de cinq enfants, les retours alcoolisés et hésitants de Mr Legras qui se prenait pour Luis Mariano. Mais le matin, quand tout ce petit monde descendait l'escalier et traversait la cour ce n'était que des bonjours gracieux et des comment allez-vous sincères suivis de rendez-vous pour l'apéro. Les excès en tout genre de la veille donnaient lieu à d' aimables moqueries censées servir quand même d'avertissements. On n'affichait aucun papier mais quand la coupe débordait et que les sarcasmes ne suffisaient pas, on se faisait la gueule pendant deux jours. Quand c'était calme au point d'entendre une mouche voler, c'était très mauvais signe. C'est qu'une vie, tristement, s'en allait ou était déjà partie. Et si un marmot l'oubliait, une taloche sans commentaire le rappelait, au silence et au respect.
           Et vous allez me demander si je trouvais tout ça génial? Ben oui. Y avait pas de concierge, pas d'affichage, pas de lois mais la cour était propre et lavée à grande eau, les marches de bois blanchies au Javel. La  tonitruance de la vie tenait la dragée haute à la mort. Restaient les paires de baffes! Ca par contre, on aurait pu s'en passer, mais moi et les autres nous étions devenus des  maîtres dans l'art de l'esquive et des courses poursuite!

Marie Bataille

Photo Claude Degoutte




Les "20 flops" de la rentrée

Courir après le bus.
Faire quelques UV, histoire de prolonger une illusion.
Faire terrasse au café du coin seulement parce qu'on a recommencé à fumer.
Demander aux enfants ce qu'ils veulent pour dîner.
Eviter la concierge parce qu'on n'est toujours pas allée reprendre son orchidée amazonienne.
Ne plus aller au cours de Taï Chi parce que le prof a changé : cette année, Gaëlle  remplace Jérémie.
Afficher dans le bureau les ponts du mois de Mai et ses RTT.
Demander à son fils ainé les dates du Bac.
Penser déjà son cadeau de Noël.
Garnir le congélateur de glace au caramel beurre salé pour se croire encore en Bretagne.
Changer de canapé pour mieux prendre racine devant la télé.
Jouer au Loto pour pouvoir s'offrir un jour l'I Phone 8.
Rentrer dans le RER en disant "Salut Tout le Monde" comme ça se fait au
café-tabac de son village.
Descendre les valises à la cave.
Traîner dans l'appartement le samedi matin en tongs et paréo.
Se remettre à parler au chat.
Ne plus vernir les ongles de ses doigts de pied.
Ne plus chanter sous la douche.
Se regarder de haut en bas dans la glace et filer illico se peser. 



Marie Bataille

Photo Claude Degoutte

Les arbres de l'avenue

"Cet arbre sera abattu pour des raisons de sécurité". Un arbre en face de chez moi porte ce panneau agrafé sur le tronc. Ca me fait penser à un intellectuel  "révisionniste" du temps de Mao à qui les Gardes Rouges avaient attaché autour du cou une pancarte qui dénonçait ses crimes bourgeois. Cet arbre malade doit se dire qu'il n'est pas né au bon endroit, au bon moment et qu'il sera guillotiné sans procès.
Dans une forêt, le temps lui aurait été donné de voir ses racines dépérir, son tronc se couvrir de mousse et de parasites et par une nuit d'orage et de vent il serait tombé foudroyé en travers d'un sentier, en écorniflant au passage deux ou trois voisins et amis, d'essences différentes.
Mais dans les rues de Paris, l'arbre n'a pas de vrais amis . Il est une espèce de potiche ornementale et utile en bordure de trottoirs, qui fait de l'ombre, nous redonne un chouya d'oxygène, fait paravent et décore. Personne ne lui parle, les chiens lui pissent dessus, les pigeons, les corneilles et les moineaux s'en servent de perchoir et le décoiffent et s'y disputent, les vélos s'y reposent, les déchets s'y entassent. Ils sont élagués quand ils gênent, sans tenir compte de la saison. Ils ont pour boire et pour manger des carrés de terre ridicules et leur racines s'enfoncent dans du macadam dur comme des sandwiches quidatent.
Les plus chanceux sont au bord d'un étang, au milieu de pelouses vertes dans des parcs et des jardins. Ils ont un peu plus d'égards, on les égratigne pour y graver un coeur, des initiales ou des prénoms et ils seront pour toujours l'arbre des promesses, l'arbre d'un lieu ou d'une naissance. A la belle saison, on les regarde d'un balcon et on rêve au dessus de leur fourrure de feuilles, au temps qui passe et aux beaux jours de la vie. A l'automne, les enfants ramassent leur or qui tombent par poignée et l'hiver leur squelette fait patienter.
Savent-ils, ces arbres de ville, qu'il y a des forêts profondes, des vallées secrètes, des chemins perchés, avec des arbres libres et penseurs, des arbres devant lesquels les hommes s'agenouillent et se prosternent,
parlent et pleurent, des arbres qui cachent des animaux menacés, des
maisons et des tribus perdues, des arbres qui soignent, qui protègent,
qui ont des siècles de savoir et de secrets, des arbres qui se battent contre la dévoration des hommes de ce siècle affamé?
Il est conseillé d'être poli avec le chauffeur de notre bus quotidien, alors en sortant de chez vous, parisiens, dites aussi bonjour à votre arbre!
Marie Bataille
les "Lundi Chou Farci" sont sur  http://checkthis.com/choufarci
"Lundi Clafouti" sont sur : http://checkthis.com/5c7e
et les "Lundi Ravioli" sur http://checkthis.com/hjxx
Lire la suite »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous aimerez peut être

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Messages les plus consultés

Une erreur est survenue dans ce gadget