" MARIE BATAILLE auteur littérature jeunesse, livres pour enfants, presse, roman feuilleton: Chronique "Lundi Ravioli" du 26 mars : Dimanche Denfert

Chronique "Lundi Ravioli" du 26 mars : Dimanche Denfert

Photo Claude Degoutte
Dimanche Denfert

Je sirote un café sous la bonne garde du lion vert bronze. Voilà un dimanche parisien qui s'annonce beaucoup plus calme que le précédent... Le précédent a été d'enfer!
ll faut dire que l'affiche de la semaine dernière était un vrai festival! Jenny, ma voisine anglaise me proposait un succulent Salon du Livre 2012 mais, hélas, sans Murakami qui était resté sur le rivage de son île lointaine. Alors au diable, le Salon!... Et le meeting Mélenchon qu'est ce que j'en faisais? C'était pas super, ça, le meeting Mélenchon, criait Pierrette dans l'interphone?.. Reprendre la Bastille, marcher main dans la main avec des gens qu'on ne connaît pas, chanter peut-être, agiter les bras et sentir venir des fourmis dans les jambes...Un dimanche militant-militontaine, pourquoi pas? 
Mais Hector se réveilla et grogna qu'il n'y aurait encore personne pour l'amener dans deux heures disputer sa compétition de taekwondo à Villeneuve-Quiquepounette. C'est vrai, c'est vrai, ça faisait bien trois ans que je ne m'étais pas trompée de sortie d'autoroute et que je n'avais pas zoné dans un centre-ville désert à la recherche d'un stade décrépi construit au fond d'une impasse... Désolée, Hector, mais ces tribulations excentriques n'avait jamais beaucoup plu à mon cabriolet Ford Escort qui était maintenant en fin de vie... Il valait mieux que tu partes en RER avec ton pote Maxime. C'était plus sûr.
Il y avait bien un truc qui me tentait, un truc qui me titillait le cerveau... C'était aller au cinéma voir l'histoire d'un chanteur populaire, un film bien sous tout rapport pour vieille jeune-fille délirante. Surtout que pour tout arranger ma mère dans un texto lapidaire me proposait un brunch à la gare de Lyon pour discuter des études incompréhensibles de sa petite fille!
Alors sur la pointe des pieds, sans me coiffer, sans me maquiller et sans soutien-gorge, j'ai cédé à l'appel du soleil tout puissant, à l'Egypte, au Canal de Suez, à la redoutable Alexandra d'Alexandrie, à la sueur, au mélo, au chemises de satin cintrées, aux voitures de toutes les couleurs, à un type qui saute partout, tout le temps et sur tout ce qui bouge, j'ai cédé à Cloclo...
Mélenchon, le Salon du Livre, Villeneuve-Quiquepounette, la gare de Lyon avec ma mère, ça serait dans une autre vie!




et pour lire, tous les lundis, la rubrique sur votre smartphone :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous aimerez peut être

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Messages les plus consultés

Une erreur est survenue dans ce gadget