" MARIE BATAILLE auteur littérature jeunesse, livres pour enfants, presse, roman feuilleton: Lundi Ravioli du 4 juin : Week end à la Proust

Lundi Ravioli du 4 juin : Week end à la Proust

photo Claude Degoutte

Week end à la Proust

On se lève tôt parce qu'il y en a toujours un qui est matinal en toute occasion et qui prépare le petit déj en faisant griller des tartines et chauffer le café. L'odeur monte jusqu'aux chambres les plus éloignées de la cuisine et on se lève la faim au ventre. On déboule hirsute, en pyjama, et très vite la pièce se remplit.
         On se retrouve des lustres en arrière, du temps où on était jeune et beau, célibataire ou jeune marié. Sauf que là, on a trente ou quarante de plus au compteur. Mais le coeur y est. La maison n'a pas changé, les habitudes sont les mêmes. Y a quelques boîtes à pilules qui traînent mais on avale ça comme si on prenait une aspirine pour chasser une gueule de bois d'après soirée en discothèque. Tous ensemble autour de cette table on n' est pas vieux.
          On a attrapé la plage à marée basse, à l'heure des marcheurs, du galop des chevaux qui tapent le sable dur, des ramasseurs de coquillages, des fêtards qui n'ont pas dormi et se laissent lécher les pieds par l'eau froide.
          En marchant vers Houlgate, c'est l'heure des souvenirs, des bilans, des regrets et des espérances. C'est l'heure exquise des longues amitiés, des secrets partagés ou tus. C'est l'heure où vieillir n'a absolument aucune importance parce que nos amis sont là comme autant de racines qui font reculer l'oubli. L'arbre n'est pas prêt de tomber. C'est l'heure du chemin parcouru et à parcourir, des chansons de Brel, de Barbara, de Ferré, de Bécaud et de Brassens, des voyages et des cimetières, des éclats de rire et des sanglots, des réussites et des échecs. On peut penser au pire comme au meilleur.
         Nous sommes les amis de quarante ans qu'aucun Président de la République n'a réussi à brouiller, des diplômés de la pire espèce et des sans diplôme culottés. Nous sommes des porteurs du virus 3eme age et des travailleurs au bout du rouleau... Bref nous sommes des vieux copains sur le pont de la Pentecôte.

Marie Bataille 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous aimerez peut être

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Messages les plus consultés

Une erreur est survenue dans ce gadget